Guérir et avancer

Comprendre les 4 risques de l’EMDR, ses effets secondaires et ses alternatives

La thérapie EMDR bénéficie d’un engouement qui est justifié, car elle a fait ses preuves dans le traitement des souvenirs traumatiques. Pourtant, de nombreux mythes entourent l’EMDR. Dans ce qui suit, nous allons explorer son efficacité, ses risques, et ses contre-indications, et ce qui la différencie d’autres techniques alternatives.

Sommaire

L

La thérapie EMDR a une place importante parmi les approches thérapeutiques en psychologie. Elle est très populaire et a fait ses preuves dans le traitement des souvenirs traumatiques. Dans ce qui suit, nous allons explorer le fonctionnement et les risques de l’EMDR, ses effets secondaires, et ce qui la différencie d’autres approches des psychotraumas. Bien qu’elle soit souvent considérée comme une solution miracle et sans risques, l’EMDR présente, comme toute méthode, des indications bien définies et des contre-indications. Ainsi d’autres outils tout aussi efficaces pourront être mieux adaptés à certaines personnes et a certaines problématiques, notamment dans le cas de traumas complexes.

Qu’est-ce que l’EMDR ?

L’EMDR est une thérapie qui permet de traiter les souvenirs traumatiques. Son nom complet en anglais est Eye Movement Desensitivation Reprocessing, traduit en Français par désensibilisation et retraitement par le mouvement des yeux. Durant une séance les clients évoquent un souvenir ou une difficulté avec lesquels ils souhaitent travailler. Durant cet intervalle, le thérapeute demande au client d’accomplir une tâche telle que suivre un stylo des yeux de droite à gauche.

Ce travail en EMDR engage notre attention et nous permet de séparer le contenu du souvenir de sa charge émotionnelle en lui permettant d’émerger à la conscience. Nous pouvons ainsi travailler avec le souvenir pour transformer la réponse émotionnelle qui lui est associée et qui est source de souffrance.

Ce principe de réactivation et de transformation d’un souvenir est commun à toutes les approches de traitement des traumas. Ce qui rend L’EMDR unique est le fait qu’elle s’appuie sur ce contrôle de l’attention par le thérapeute pour obtenir ce résultat.

L’EMDR : ses risques et effets secondaires

Comme toute approche thérapeutique, l’EMDR a des effets secondaires. Bien comprendre ces risques permet de s’assurer qu’elle est la forme d’accompagnement qui nous est la plus adaptée. Je vous invite à découvrir les quatre risques de l’EMDR les plus fréquents.

1- La vulnérabilité après une séance d’EMDR

Lorsque des souvenirs difficiles refont surface, ils nous laissent vulnérables. Nous nous sentons déstabilisés, distraits, comme nus et exposés. Ces effets négatifs de l’EMDR après une séance sont comme une blessure à nu. Ils peuvent aussi se manifester par des rêves intenses.

L’EMDR seul ne pourra pas directement répondre à ces risques, c’est avec l’aide du thérapeute, qui pourra aussi s’appuyer sur d’autres techniques que ces effets secondaires pourront être apaisés et intégrés.

2- Risques d’une séance EMDR quand nous sommes toujours exposés au trauma

L’EMDR n’est pas adapté lorsque nous sommes toujours exposés à la source du trauma, du stress ou de la difficulté. Un exemple typique serait une situation toxique au travail ou à la maison que ne nous sommes pas encore en mesure de quitter.

En effet, l’EMDR ne prend pas en compte l’ensemble des contraintes auxquelles est exposé le client. Notamment elle ne permet pas d’intégrer l’environnement social ou familial auquel le client peut avoir à faire face et qui peuvent le laisser vulnérable de retour dans leur quotidien difficile.

La thérapie EMDR est plus adaptée à des situations simples, telles qu’un évènement traumatique de relativement courte durée et qui s’est terminé. Lorsqu’il s’agit de contextes traumatiques qui ont duré dans le temps, et qui sont peut-être toujours présents, ou qui sont arrivés dans notre enfance, une technique pouvant traiter les traumas complexes sera plus à même d’offrir une guérison durable.

3- Les risques d’un effet rebond avec l’EMDR

Il est difficile de prédire les risques d’effets secondaires immédiats lors d’une séance d’EMDR. Elle peut être suivie, pendant un temps, d’intensification de certains symptômes : un effet rebond. Elle peut aussi causer l’émergence spontanée d’autres traumas oubliés.

Francine Shapiro, la créatrice de l’EMDR, évoque ces effets secondaires ainsi : « le patient peut éprouver des moments de gêne, tandis que de nouveaux souvenirs sont stimulés consciemment ou non » comme une rangée de dominos qui tombent en chaîne. »

La manière dont seront approchés ces effets rebonds dépendra du thérapeute. Afin d’aider le client, il ou elle devra s’appuyer sur de nouvelles séances d’EMDR ou d’autres techniques adaptées aux difficultés qui ont émergé.

4- Les risques de l’EMDR en cas de trauma complexe

Les effets rebonds de l’EMDR évoqués plus haut seront plus fréquents chez les personnes qui souffrent de traumas complexes. Les traumas complexes sont en effet une contre-indication de l’EMDR, car ils peuvent être source d’effet négatif après une séance, et son difficile à aborder avec cette approche.

L’EMDR n’est en effet pas adaptée pour traiter ces derniers, car ils touchent de nombreux aspects de notre vie intérieure, tels que notre personnalité. S’ils ne sont pas abordés correctement, ils peuvent amener à une retraumatisation et une amplification des symptômes. Dans ce cas, l’EMDR devra être complétée ou remplacée par une technique qui permet de soigner les traumas complexes tels que la thérapie IFS.

Les traumas complexes constituent une part importante des difficultés psychologiques que nous rencontrons, et ils sont présentés plus bas dans cet article.

L’EMDR en toute sécurité

Vous souhaitez aborder un travail avec l’EMDR ? Voilà quelques recommandations pour vous assurer que vous utilisez la technique en limitant les risques.

  • Préférez un thérapeute qui a reçu une formation officielle. La thérapie EMDR n’est pas seulement le temps de mouvement oculaire, ou de stimulation auditive. Elle inclut également des séances de préparations et des séances de travail sur les souvenirs qui ont émergé. Les formations officielles garantissent que le praticien est formé à toutes ses étapes, ce qui limite les risques d’effets secondaires pour le client.
  • Demandez à votre thérapeute EMDR quelle expérience il ou elle a avec des clients qui souhaitent travailler sur des sujets proches des vôtres. Les praticiens ont tous leur spécialité et même s’ils utilisent la même approche leur orientation varie et certains seront mieux à même de vous aider.
  • Demandez quels outils votre praticien EMDR utilise pour les traumas complexes. L’EMDR n’est pas l’approche la plus adaptée aux traumas complexes, car elle peut présenter des risques et exacerber les effets secondaires.

Ces recommandations seront utiles pour vous assurer que vous pourrez approcher vos difficultés avec l’EMDR avec le minimum de risques. Cela garantira que grâce à l’EMDR vous pourrez avancer rapidement et vous libérer des difficultés liées à votre passe.

Contre-indication de l’EMDR : les traumas complexes

Des traumas anciens

Bien que l’EMDR soit utile pour nous libérer de certains traumas, elle est inadaptée au trauma trop ancien et aux traumas complexes. Le Dr Alain Brunet, le psychiatre spécialiste des psychotraumas qui a traité les victimes de l’attentat de Nice, évoque la contre-indication principale de l’EMDR ainsi : « Je suis plus circonspect, en revanche, en ce qui concerne les traumatismes complexes, en particulier lorsqu’ils ont eu lieu dans l’enfance et ont affecté en profondeur le développement psychique de la personne. Car ce type de trauma a des répercussions à de nombreux niveaux, affectant la personnalité, les modalités d’attachement, etc. » (source: Institut français d’EMDR).

Que sont les traumas complexes ? Ce sont des psychotraumas provoqués par une expérience traumatique très ancienne, qui remonte souvent à l’enfance. Il peut s’agir de situations étalées dans le temps telles que des violences familiales, ou encore des évènements de la vie arrivant à un moment où nous étions vulnérables ou n’avions pas un soutien adéquat. Au-delà des évènements déclencheurs, ces traumas sont anciens et entraînent des conséquences tout au long de notre vie, notamment durant notre développement en tant qu’individu.

depressed woman on her phone
Une tendance à s’isoler et une souffrance prolongée peuvent être causées par un trauma complexe. Bien que l’EMDR ne soit pas adaptée à ces traumas anciens qui affectent notre personnalité et nos modes d’attachement, des approches existent pour nous permettre de nous en libérer.

Des conséquences profondes

Une expérience traumatique de ce type est non seulement présente en mémoire, mais elle continue de modifier notre système nerveux au cours de notre développement. Elle peut ainsi affecter de larges aspects de notre vie, bien au-delà du domaine restreint du trauma.

Elle peut nous amener à moins nous affirmer, à souffrir de troubles de l’humeur, à nous isoler, à développer de nouvelles peurs, à avoir des comportements de compensation dangereux pour nous, ou à nous engager dans des relations toxiques. Ces conséquences du trauma deviennent avec le temps comme une partie de notre personnalité. Elles sont ainsi difficiles à résoudre par le traitement du souvenir traumatique seul.

Beaucoup de ces changements touchent notre manière d’êtres avec les autres, notamment notre capacité à former de nouvelles relations. Les guérir nécessite une attention plus globale qui prend en compte cet aspect relationnel au cœur du processus thérapeutique. Des approches centrées sur cette dimension relationnelle, telle que la thérapie IFS, peuvent aider en intégrant mieux le parcours et la personnalité de chaque personne.

Se libérer des traumas complexes et anciens : les approches adaptées

Si vous soupçonnez que les difficultés auxquelles vous faites face sont liées à un trauma complexe, ou si elle vous semble impliquer des problèmes relationnels, une alternative à l’EMDR pourrait vous être plus adaptée. Une approche récente adaptée à ce type de trauma est la thérapie IFS. Comme l’EMDR, la thérapie IFS est validée scientifiquement et elle est dans le monde anglo-saxon une des méthodes les plus établies pour traiter les souvenirs traumatiques et les difficultés associées. Le spécialiste mondial du psychotrauma Bessel van Der Kok, un des premiers chercheurs en médecine à étudier le stress post-traumatique, lui dévoue un chapitre dans son best-seller, le Corps n’oublie rien.

La thérapie IFS : se reconnecter à nous-mêmes

Même si les buts de l’EMDR et de l’IFS sont comparables, la thérapie IFS utilise une approche différente, dite relationnelle. Ici, pas de tâche particulière à accomplir. Le thérapeute nous invite à nous tourner vers l’intérieur pour engager un dialogue avec les aspects de notre mental qui souffrent. Le rôle du thérapeute est d’ouvrir un espace d’écoute bienveillant, au sein duquel il peut nous guider pour approcher les conséquences d’évènement traumatiques et les dénouer.

Un souvenir traumatique crée souvent une séparation chez les personnes qui en souffre. Par exemple une part de nous minimise l’incident, alors qu’une autre éprouve de la souffrance, de la honte ou de la culpabilité. Une part souhaite se reconnecter avec d’autres pour avancer, mais une autre part est vulnérable et préfère que nous restions isolés.

Ces oppositions entre des aspects du mental, sont sources de blocage et d’une déconnexion entre corps et esprit qui empêchent de toucher le cœur de la souffrance : le souvenir traumatique lui-même.

En thérapie IFS, se reconnecter avec des parts plus jeunes de notre esprit permet de guérir les traumas.
Les approches relationnelles des traumas, telles que la thérapie IFS, permettent de guérir des aspects très jeunes de notre esprit. Au-delà du trauma initial, cela permet de réparer les effets qu’il a eus au cours de notre vie sur notre personnalité, et nos relations aux autres.

Le praticien en IFS nous guide de manière systématique et bienveillante dans une découverte et une acceptation de ces parts. Ce travail progressif permet d’atteindre le souvenir traumatique original, de le révéler et de le réintégrer pour qu’il n’ait plus d’impact sur notre vie. Nous soignons ainsi les différents changements que le trauma a déclenchés dans l’esprit et le corps.

Parce que la thérapie IFS traite tous les aspects des traumas, le trauma initial et ses conséquences sur notre mental au cours du temps, elle nous permet de nous libérer des traumas complexes. Le travail relationnel qu’elle inclut permet de nous reconstruire en soignant nos plus vieilles blessures. Nous pouvons ainsi retrouver une capacité à l’attachement et une ouverture aux autres et à la vie.

EMDR et thérapie IFS : des approches complémentaires

De nombreuses approches sont disponibles pour soigner les difficultés liées à des souvenirs traumatiques. Le choix d’une approche ou d’une autre est déterminé par l’historique et les affinités de chacun. Pour un travail plus rapide sur des souvenirs traumatiques relativement récents, et des événements déja terminés, l’EMDR sera adaptée.

Pour aborder des traumas qui sont plus anciens, et ont pu affecter notre manière d’être plus profondement, ou pour un travail qui inclus différents dimensions de notre vie dans une démarche de cheminement personnel et spirituel, des modalités relationnelles telles que la thérapie IFS seront plus adaptées.

Un dernier point, notre affinité avec la personne qui nous accompagne est, au-delà de l’approche utilisée, le point le plus important. Un thérapeute qui nous fait nous sentir écouté·e et donne un sentiment de sécurités, ouvrira un espace d’acceptation et de bienveillance qui nous permettra de nous tourner vers ses expériences difficiles du passé pour les transformer, nous en libérer et les transcender. Intégrées dans notre parcours de vie, elles cesseront de contrôler notre présent et nous libérerons pour nous permettre de retrouver confiance et sens au quotidien.

Transformer votre vie intérieure

Decouvrez comment un accompagnement qui vous est adapté et intègre IFS, neurosciences et psychologies traditionnelles peut vous aider à avancer.

Nicolas Escoffier headshot

Nicolas Escoffier

Accompagnement en méditation et intériorité

J’aide les individus en quête de sens à développer une pratique authentique de la méditation et une intériorité personnelle. J‘offre dans un contexte laïque et moderne, les techniques que j’ai acquises lors de 12 ans de vie et de pratique en Asie.

Recommandé pour Vous

Conversation

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Introvertie

ou extravertie ?

Votre personnalité prédit votre évolution intérieure

 

Découvrez comment grâce au test gratuit basé sur des recherches récentes